Santé des articulations

Sur près de la moitié des personnes âgées de 50 ans sont observés des changements liés à l’arthrose de plusieurs degrés dans les articulations. L’arthrose se développe différemment selon les individus, sous l’effet combiné des conditions de l’environnement, de l’ergonomie, de l’alimentation, du poids, des habitudes sportives et du patrimoine héréditaire. Les différents facteurs liés au sédentarisme et à la position assise ont un grand impact sur les articulations de trois zones importantes du corps : au niveau du cou, des épaules, du dos et dans les membres inférieurs. Les troubles musculosquelettiques sont étroitement liés au développement de l’arthrose. Par exemple, une articulation endommagée une fois dans un accident ou en faisant du sport est vraisemblablement susceptible de souffrir d’arthrose.

Épaules

Lorsque l’on est assis dans une mauvaise posture, l’angle formé entre la partie supérieure des bras et le haut du corps dépasse facilement 30 degrés. Un angle aussi grand est considéré néfaste pour les articulations des épaules, surtout si l’on effectue une tâche longue et manuelle en restant assis. Dans cette posture, le métabolisme de l’épaule est diminué et les articulations s’usent et se détériorent plus facilement. Ce genre de trouble est typique chez les dentistes, par exemple.

Dos et nuque

Une mauvaise posture du bas du dos engendre une pression déséquilibrée et accrue sur les disques intervertébraux, lorsque les vertèbres sont « entrouvertes » et que les facettes articulaires ne peuvent pas supporter leur part de charge (30 %). Rester assis avec le dos arrondi étire aussi les muscles et les ligaments situés autour des vertèbres, et des tensions se forment dans les tissus ligamentaires.

Les vertèbres du cou sont en position non naturelle les unes par rapport aux autres dans la position assise traditionnelle, ce qui génère généralement de l’arthrite dans les vertèbres du cou chez les personnes d’âge moyen. Les muscles sont très tendus et douloureux des années avant que les problèmes articulaires n’apparaissent.

Ces tensions réduisent radicalement la circulation sanguine des tissus de la zone et diminuent ainsi l’apport en oxygène et en éléments nutritifs des disques intervertébraux, des ligaments et des os. Les disques intervertébraux, les vertèbres et les ligaments n’ont pratiquement pas de propre système de circulation sanguine ; par conséquent, l’apport en éléments nutritifs et en oxygène dépend essentiellement des tissus proches qui sont alimentés par la circulation sanguine active.

Une mauvaise pression accrue et le manque d’oxygène et d’éléments nutritifs constituent en fait les deux facteurs principaux endommageant le bas du dos, et ils provoquent la dégénérescence et l’ostéoporose. En outre, être assis dans une mauvaise posture combinée à des positions incorrectes de la nuque et du haut du dos augmente la survenue de l’arthrose dans les vertèbres du haut du dos et de la nuque.

Membres inférieurs

Dans une position assise traditionnelle, un angle de 90 degrés se forme entre les genoux et les hanches (angle du bassin). Sur une durée prolongée, cette position est la moins naturelle et nocive pour les articulations qui devraient être plus droites et en mouvement. Des tensions se produisent également dans de nombreux ligaments et dans les muscles profonds du bassin. A long terme ces pressions peuvent facilement causer des problèmes dans les genoux qui se traduiront par des douleurs dans les nombreux tissus de cette zone.

Dans l’articulation de la hanche, l’angle de 90° formé par le fémur soutenu par une chaise et les hanches, et le poids du haut du corps crée un point de pression au niveau de l’articulation de la hanche. Ce point est en général le point de départ de la dégénérescence, c.-à-d. l’arthrite. Les dommages s’étendent à partir de là sur l’ensemble du cartilage de l’articulation

Dans le genou, l’angle de 90 degrés tend de manière importante le tendon rotulien et le tendon tibial, ce qui augmente la pression statique non naturelle du cartilage et accélère le début de l’arthrite. En outre, les genoux qui ont été passifs jusqu’à là en raison de la position assise, sont soudainement soumis à une pression néfaste à chaque fois que l’on se met debout à partir d’un angle des genoux de 90 degrés. Tout individu peut alors noter un inconfort ou une douleur au niveau des articulations des membres inférieurs causé(e) par une position assise prolongée comme lorsque l’on se lève après un long vol ou un long voyage en voiture.

La pression accrue de la chaise dans la position assise de 90/90 degrés augmente la pression exercée sur la surface supérieure de l’articulation de la hanche. Aujourd’hui, nous sommes normalement assis 10 à 16 heures par jour sur différents sièges. Par conséquent, la pression est supportée par les articulations tout ce temps. La pression à long terme dans les cartilages empêche le fonctionnement métabolique normal et les tissus commencent alors à dégénérer vers l’arthrite.

Prévention

La prévention de la naissance et du développement des troubles des articulations peut être promue par une position assise où le dos reste constamment dans une bonne posture, la tête est droite, et un angle d’un minimum de 135 degrés se forme entre les hanches et les genoux.

Cette position est aisément assurée avec un siège-selle à fente centrale où le bassin est naturellement droit comme en position debout et est soutenu par les ischions. La chaise ne fait pas transpirer et n’exerce pas de pression sur les parties génitales, ce qui facilite le maintien d’une bonne posture du bassin en sachant que les vêtements trop serrés ne sont pas recommandés pour cette posture.

Le milieu de travail à beaucoup évolué, il inclus beaucoup plus de mouvement qu’auparavant. il est bon de se lever 15 à 20 Minutes, quand vous en sentez le besoin. Le mécanisme oscillant du siège crée des micro-mouvement (sit & swing) dans la zone lombaire-pelvienne. Une table a une réglage électronique finalisera votre milieu de travail des repose coude rembourrés au niveau des épaules. Un écran de haute qualité est recommandé (2-3 écrans seront plus efficaces pour le travail et les mouvements du cou) situé à la bonne hauteur (le côté supérieur au niveau avec les yeux). De plus il est bon pour les articulations et les muscles que l’environnement de travail soit conçu de manière que la personne dans en position assise ai juste besoin de rouler en d’avant en arrière sa chaise pour attraper les objets.

Aussi, il est bénéfique de se lever de temps à autre du siège-selle pour aller marcher dans des escaliers, une douzaine de marches minimum, seront bénéfiques pour vous. Utilisez un kit mains-libres pour répondre aux appels téléphoniques. Grâce au kit mains-libres, vous pouvez marcher, vous étirer ou même faire de l’exercice avec des équipements divers sans interrompre ou perturber l’appel. Faire des pauses actives d’une heure minimum est très important. Bouger active le métabolisme des articulations et renforce les muscles tout en réduisant les risques.

De nombreux éléments nutritifs se sont révélés utiles pour le maintien d’une bonne santé articulaire et même dans la guérison des troubles articulaires. Il s’agit du silicium (Si), du méthylsulfonylméthane (MSM), de la vitamine D, du magnésium (Mg), des acides gras oméga-3, du calcium, du gingembre, de l’enzyme protéasique, du cissus quadrangularis, du sulfate de chondroîtine et d’autres antioxydants parce que les troubles articulaires font partie des maladies inflammatoires. Il est également utile de consommer des concentrés à base de cartilage de requin et de moule verte (Perna canaliculus).

Le gui peut être utilisé comme médicament pour la dégénérescence des articulations, tout comme le basilic, les câpres, le cerfeuil, la sarriette et les feuilles de lauriers.

Il est aussi important d’éviter d’être en surpoids et de transporter des charges lourdes. La magnétothérapie, l’acuponcture électrique et les régimes alimentaires à base de plantes peuvent également avoir des effets thérapeutiques positifs significatifs. Dormir dans des lits placés en dehors des zones de « radiations terrestres » qui sont également connus sous le nom de veine d’eau, peut être d’une importance cruciale.

Les déclarations contenues dans de la page sont basées sur les sources suivantes:
Michael Adams, Nikolai Bogduk, Kim Burton, Patricia Dolan: The Biomechanics of Back Pain
David A. Rubenstein, Wei Yin, Mary D. Frame: Biofluid Mechanics, an Introduction to Fluid Mechanics, Macrocirculation, and Microcirculation
Marcus J. Seibel, Simon P. Robins, John P. Bilezikian: Dynamics of Bone and Cartilage Metabolism, Principles and Clinical Applications