Puis-je rester assis et en bonne santé ?

Beaucoup d’études ont été réalisées et publiées sur la dangerosité de la position assise. Les recherches ont porté uniquement sur la position assise conventionnelle 90/90 (les hanches et les genoux formant un angle de 90 degrés) qui déclenche plusieurs processus préjudiciables. Voici une explication plus précise et plus approfondie du point de vue d’un spécialiste.

La position assise dangereuse = la position assise conventionnelle 90/90

Les principaux dangers en matière de santé proviennent de la plus faible circulation sanguine (4 à 6 litres) et lymphatique en mouvement sur plus de 400,000 km de vaisseaux à travers les organes internes, comprenant notamment plus de 700 ganglions lymphatiques. La circulation est la fonction principale du corps. Sa perturbation sur le long terme vient troubler le métabolisme et nuit à la santé.

Dans la position assise 90/90, la circulation est perturbée en raison de

  1. la tension musculaire dans le dos, le cou et les épaules
  2. la pression de la partie supérieure du corps sur les fesses et les cuisses
  3. la pression au niveau de la cavité abdominale en raison d’une position avachie
  4. la pression et la plus faible circulation dans les vaisseaux de l’aine et des tissus mous, causées par les vêtements serrés
  5. les angles de 90 degrés aux hanches et aux genoux qui créent une pression sur les vaisseaux qui s’y trouvent
  6. la pression causée par les vêtements serrés à la mode qui deviennent d’autant plus serrés en position 90/90
  7. la respiration moins profonde en raison de la posture avachie et les tensions musculaires
  8. une faible activité physique ; le mouvement est le ” moteur ” de la circulation ; le cœur ne fait que circuler 25 % du sang

Un métabolisme sain nécessite des muscles détendus et une certaine quantité de mouvements répétés (= variations de la pression des tissus mous qui maintiennent les fluides en mouvement) pour bien se dérouler. La position assise conventionnelle limite efficacement les mouvements. Avoir les muscles détendus et changer de position (c’est-à-dire les zones de pression) à plusieurs reprises, comme durant le sommeil, suffit pour une circulation et un métabolisme satisfaisants. Mais dans la position assise conventionnelle, cela ne se produit pas en raison des tensions et des zones de pression qui restent les mêmes.

Problèmes de la position debout

La position debout n’est pas entièrement bénéfique non plus. Les gens qui travaillent debout connaissent les problèmes que représentent l’athrite, une mauvaise circulation dans les jambes ainsi que la fatigue du dos et du bassin. Dans l’ensemble, la position debout est assez fatigante et ne convient pas à tout le monde sur le long terme. D’importants efforts ont été entrepris pour rendre la position debout viable mais ceux-ci ont plus ou moins échoué. La position debout n’est pas à rejeter en bloc, elle peut convenir à certains et être utilisée pendant de courtes périodes dans de nombreux métiers, mais ce n’est assurément pas la solution pour régler tous les problèmes liés à la position assise.

Alternative : une position assise bonne pour la santé

S’asseoir sur un siège-selle (en deux parties, qui présente un espace au milieu du siège), en position ” riding-like sitting ” (formant des angles de 135/135 degrés) dans une bonne posture et avec le bassin incliné vers l’avant, de la même manière qu’en étant debout, est l’option la plus bénéfique pour la santé. En outre, le siège doit être équipé de roulettes permettant un mouvement facile et d’un siège oscillant, la hauteur de la table (de travail) doit être adaptée de manière adéquate. Quant aux vêtements, ils ne doivent pas être trop serrés. De cette façon, la personne qui est assise a une bonne posture et une respiration plus profonde, une circulation satisfaisante dans tous les vaisseaux principaux. Aucune pression ne vient s’exercer sur les articulations des membres inférieurs et les tensions musculaires sont pratiquement inexistantes.

La position assise sur un siège-selle engendre une activité physique appréciable du fait de

  1. la position assise et de l’oscillation intentionnelle ou non du siège comme cela se produit habituellement
  2. rouler et de tendre le bras pour attraper des objets (cela peut être accentué en les plaçant un peu plus loin)
  3. se lever du siège régulièrement, de ” marcher et parler ” (de préférence par Bluetooth avec une oreillette) ou de se tenir debout ; se tenir debout quand on est assis sur un siège-selle est facile et ne sollicite pas les articulations de la même manière qu’en se levant d’un siège conventionnel.

La méthode d’activité la plus avancée consiste à garder certains équipements d’exercices simples à proximité et de faire quelques ” exercices de circulation ” brefs et légers (4 à 6 fois) pendant la journée. Il est également possible de faire des pompes ou des pas en avant, etc. pour rester actif.

Les déclarations contenues dans de la page sont basées sur les sources suivantes:
Michael Adams, Nikolai Bogduk, Kim Burton, Patricia Dolan: The Biomechanics of Back Pain
David A. Rubenstein, Wei Yin, Mary D. Frame: Biofluid Mechanics, an Introduction to Fluid Mechanics, Macrocirculation, and Microcirculation
Marcus J. Seibel, Simon P. Robins, John P. Bilezikian: Dynamics of Bone and Cartilage Metabolism, Principles and Clinical Applications